Salon des peintres 2015

Pourquoiune telle manifestation ? Aujourd’hui le marché de l’art Antillais reste encore sans doute à construire. Les Antilles sont un vaste archipel situé dans la mer des Caraïbes. L'archipel forme un arc de cercle de 3 500 km de long, s'étendant depuis Cuba jusqu'au large du Venezuela. Elles représentent 27 territoires soit 235 830 km2 de terre émergée, pour 42 millions d'habitants. 

Le marché de l’art étant difficile, l'artiste se sent noyé dans la masse, il ne suffit pas aujourd’hui d'avoir du talent, d'accrocher ses œuvres aux cimaises et d'attendre comme le faisait souvent les galeries. Une simple publicité ne suffit plus, sauf pour un artiste mondialement connu et encore, ce n’est pas aussi facile. 

A l’instar des autres régions du monde, le marché de l’art antillais a besoin de se développer, il connait des difficultés considérables : technique, financière et psychologique. Il s’amaigrit et s'affaiblit de jour en jour. Des galeries ne peuvent plus jouer leurs rôles fondamentaux qui est d’aider les artistes à trouver leur place sur le marché de l’art international. Aujourd’hui encore, aucune galerie des Antilles ne participe aux principaux grands rendez-vous artistiques internationaux. Notre marché régional ou interrégional n’est pas encore structuré. Cela fait qu’il ne figure pas parmi les marchés de l’art émergeants comme le sont devenus l’Inde, le Maroc et le Brésil ces dernières années.

Sans institutions professionnalisées, sans cadres juridiques sérieux, sans ressources humaines qualifiées, sans organisations crédibles et sans informations fiables, le marché de l'art antillais ne peut s'affirmer pleinement. S’il n'arrive jusqu’à présent à émerger, c'est que  de nombreux maillons qui sont indispensables au fonctionnement de sa structuration n’existent pas encore :

Pas de journaux de cotation 

Pas de société de vente volontaire 

Pas de maisons d'assurance 

Pas d'experts d'art assermenté 

Pas de grands musées d’envergure internationale 

Pas de galeries d’envergure internationale 

Pas de maisons de vente

Pas de revues spécialisées 

sont autant de problèmes qui entravent le marché de l'art antillais. En effet, il représente un secteur économique important, même si son chiffre d'affaires est totalement difficile à calculer parce qu’il n’est pas réglementé.  

Aujourd’hui les artistes antillais ont besoin d’un moyen pour exprimer leur capacité, se réunir au sein d’une manifestation régionale qui leur permet de partager leur passion et montrer leurs talents au public, aux amateurs, aux collectionneurs, d'avoir des contacts utiles et de lier connaissance les uns avec les autres. Ils ont besoin d’un marché de l’art structuré et transparent, qui leur sert de miroir et leur donne le pouls de la scène artistique locale et mondiale. Ils ont besoin aussi de savoir si ce qu’ils font à réellement de la valeur ou si cela répond à des attentes réelles dans le marché. 

Un marché qui n’est pas réglementé par des lois et des règles claires, respectées par tous, où la vente et l’achat se font en l’absence de tout témoin, et dont le lieu et la date des transactions ne sont connus de personne... est un marché clandestin et ceux qui y exercent le font de manière clandestine, comme s’ils vendaient et achetaient des produits illicites.

Les Antilles peuvent constituer un marché de l’art très fort. Elles ont des artistes qui sont prolifiques et qui produisent des œuvres de qualité, qui mériteraient d’être connues et valorisées, malheureusement, le marché ne les permettent pas d’évoluer, ceux qui font bouger le mieux le marché ce sont les grands disparus des Antilles.

En fin, les artistes antillais ont besoin d’accroître leur visibilité et dynamiser leur présence sur le marché international. Une visibilité accrue des artistes antillais passera par des manifestations artistiques solides, par la création et la professionnalisation de structures de diffusion, dotées d’une bonne connaissance des rouages internationaux, susceptibles d’intéresser des collectionneurs à la création antillaise,  en s’appuyant sans aucun doute sur la diaspora antillaise pour un vrai émergence des artistes antillais sur la scène internationale. Pour cela, un salon artistique antillais s’avère nécessaire.

LE SALON DES PEINTRES ET SCULPTEURS ANTILLAIS 

La Fondation Philome Obin présentera au Cap-Haitien, du 9 au 14 août 2015 « LE SALON DES PEINTRES ET SCULPTEURS ANTILLAIS ». Ce dernier n’est pas seulement un marché des œuvres d’art, un concours mais aussi une vente aux enchères. C’est l'occasion de montrer au public le travail et la créativité des artistes de la région chaque année. Ce salon est une initiative de la fondation Philomé Obin qui manifeste de grandes ambitions pour promouvoir le marché de l’art antillais.

Des dizaines d’artistes, sculpteurs, photographes de différentes générations et disciplines (Peintres, Sculpteurs et photographes) venus de tous les horizons des iles caraïbes, connus ou émergents sélectionnés par le comité d’organisation participeront au salon artistique qui sera inauguré le dimanche 9 Août 2015 au Cap-Haitien.

Du paysage au portrait, de la nature morte à l’abstraction, du trompe l’œil au surréalisme….. toutes les tendances de l’art actuel s’offrent au regard comme un bouquet d’émotion. Ce sont près de 1700 œuvres de point 10 à point 60 à découvrir. Des milliers d’artistes antillais éprouvent parfois des difficultés à trouver des lieux de diffusion pour montrer et faire connaitre leur travail auprès des publics et d’autres lieux d’exposition : centre d’art, musée, galerie…). 

Ce rendez-vous permettra également aux amateurs d'art éclairés, aux néophytes, aux collectionneurs et aux passionnés de trouver et d'acquérir sans intermédiaire, des œuvres d'artistes de renom ou de talents émergents qui, pour certains, seront les valeurs sûres de demain. Il aura aussi l'occasion de faire se rencontrer les différents acteurs du monde économique et artistique local et le grand public: Institutions, entreprises des secteurs privés et publiques, galeries, artistes, collectionneurs, etc. Le salon est accessible à tous et gratuit.

Objectifs du salon:

Faire passer le public acheteur du statut d’amateur d’art à celui de collectionneur, grâce au coût accessible des œuvres signées d’artistes contemporains. 

Sensibiliser les antillais à l’art contemporain en leur donnant la possibilité d’accéder à la pièce unique et d’acquérir les travaux originaux d’artistes reconnus pour le montant d’une contribution inconcevable dans les circuits traditionnels.

Offrir aux jeunes artistes Antillais chaque année l’occasion de trouver un endroit fixe où se réunir, se montrer, exprimer leur imaginaire, de partager dans une relation directe avec les professionnels de l’art.

Le salon des artistes et sculpteurs antillais se veut un nouveau miroir d’expression pour les artistes et un levier pour le marché de l’art antillais.  Les organisateurs du salon veulent servir comme un pont entre des spécialistes dans le domaine et des artistes représentants la relève de demain. Nous voulons sortir nos jeunes créateurs de leur isolement en valorisant, bel et bien, leur travail à travers une écoute sincère et attentive. 

POURQUOI UNE EXPOSITION ? Pour des artistes qui n’ont pas la possibilité économique de louer un stand, le comité d’organisation mettra en place une exposition pour « 121 artistes » qui acceptent le défi de réaliser trois (3) tableaux ou 3 sculptures de différents formats. 

POURQUOI DES DISTINCTIONS ? Le « PRIX DU MERITE ARTISTIQUE ANTILLAIS », est un prix artistique destiné à récompenser des œuvres d’art éminentes de trois (3) personnalités artistiques : artiste, sculpteur ou photographe antillais qui auront retenues spécialement l’attention du jury. Ce prix fait l'objet d'un concours. Il est également destiné à trois (3) citoyens ayant contribué à rehausser le prestige des Antilles au niveau artistique : Critique, galeriste, journaliste culturel de la presse écrite ou la presse culturelle en ligne. Il s’agira de récompenser les efforts au quotidien des citoyens artistiques ou culturels pour la promotion des arts et de la culture antillais.

Le Prix du Mérite artistique comprend trois grades : Apothéose,Excellent et Virtuose et trois dignités: Or. Argent et Bronze.Les prix seront récompensés par une dotation numéraire de mille dollars (1.000 dollars) chacun, une médaille et un diplôme au grade de : Apothéose,Excellent ou Virtuose. Sa gestion sera assurée par de la Fondation Philome Obin et la ville du Cap-Haitien, assisté d'un Conseil de mérite artistique comprenant 7 membres, essentiellement de critiques d’art et de responsables d’institutions dans le domaine des arts plastiques. Ce conseil est chargé d’attribuer le Prix du mérite artistiqueantillais le 14 août de chaque année au Cap-Haitien. Cette distinction est créée et financée par la ville du Cap-Haitien et la Fondation Philome Obin.

Conformément aux critères définis par les organisateurs du salon des peintres et sculpteurs antillais, tout journaliste culturel antillais ayant produit au cours de la période de janvier 2014  à janvier 2015, au moins 12 papiers de presse parus dans un quotidien, une revue spécialisée ou une presse en ligne, peut participer

Il est demandé aux artistes peintres, sculpteurs et des photographes de déposer 3 photos de leurs œuvres en couleurs représentatives de son travail actuel qui seront présentées dans le salon ou l’exposition et un C.V. présentant leur démarche artistique. Devront figurer au dos de chaque photo le nom de l’artiste, le titre de l’œuvre, la technique, la dimension et le prix. Le premier jury sélectionnera sur dossier des dizaines personnes à la démarche jugée cohérente.

Les artistes peintres, sculteurs, photographes et les journalistes culturels interressés devront faire parvenir leurs dossier via Internet à l’adresse suivante : fondationobin@gmail.com. Avant le 23 janvier 2015.

POURQUOI UNE VENTE AUX ENCHERES ?   Le marché de l'art antillais n'est pas régi par aucune loi spécifique. Les transactions se font donc librement entre l'artiste et l'acheteur sans connaitre la cotation de l’artiste. Chaque artiste peintre décide lui-même ses propres prix, des prix irréels des œuvres en dehors de tout critère objectif. Il réclame des prix de grands. 

L'idée qui nous a guidés, est de permettre aux nombreux artistes antillais d'accéder à une cotation officielle et à se voir répertorier dans les banques de données du marché de l'art international, étape essentielle d'une juste reconnaissance.

La cotation - valeur vénale, valeur au point - devient indispensable pour des artistes et les sculpteurs antillais, ainsi que pour les collectionneurs et les professionnels qui vont accompagner l’artiste sur les différents marchés internationaux. (Acheteurs, étrangers, Internet). Pour ce faire, il faut être vendu en vente aux enchères publiques par un Commissaire Priseur proche des prix publics, dans des ventes d'Art Contemporain spécialisées et cataloguées année par année.

Cette vente aux enchères constituera un rendez-vous important dans le calendrier culturel antillais. La cote d’un artiste se construit sur le résultat des ventes aux enchères et est constamment actualisée en fonction de l’évolution de la carrière artistique.

POURQUOI UN HOMMAGE AUX LEGENDAIRES ? : Nous les héritiers, nous nous empressons souvent de brûler les feuilles qui n’ont vie, oubliant qu’elles servent d’engrais aux arbres. Souvent nous n’avons pas conscience de ce qui fait la source de notre vie en générale et de notre vie spirituelle en particulier. Les grands disparus (artistes, sculpteurs et photographes) antillais sont de nos sources. Pour souligner l'importance de ces pionniers dans l'évolution de l'art antillais, le salon est conçu comme un monument vivant dédié aux ainés de l’espace antillais ou à une grande personnalité aujourd’hui disparue qui a exercé une influence indubitable sur l’art antillais.

Le salon de 2015 sera dédié aux grands sculpteurs et artistes peintres Canadiens

2016 sera dédié aux artistes - des îles françaises : la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane.

2017 sera dédié aux artistes, sculpteurs et photographes Brésiliens

2018 sera dédié aux artistes, sculpteurs et photographes Mexicains

2019 sera dédié aux artistes, sculpteurs et photographes des îles britanniques (Royaume-Uni) : Anguilla, Bahamas, Bermudes, Îles Caïmans, Îles Turk and caicos, Îles Vierges britanniques et Montserrat.

POURQUOI UNE CONFERENCE DEBATS ? : Outre la grande exposition, marché, vente aux enchères, distinctions et autres, une conférence débat sera organisée le mercredi 12 août au Cap-Haitien. Pour la deuxième édition du salon le thème retenu: « Analyse et diagnostic de la réalité du marché de l’art antillais », où les acteurs du marché de l’art antillais chercheront à identifier les entraves au développement du marché et dégager une nouvelle vision et une nouvelle approche. Plus d’une vingtaine de professionnels de l’art antillais, ensemble ils analyseront les enjeux professionnels les plus chauds du marché.

 
 Salon 2015 reglementsSalon 2015 reglements (293.24 Ko)
 
 
 
 
 
×